Archives de catégorie : 2022

29 OCT : LE COMMUN DES MORTELS

RUMEURS URBAINES
FESTIVAL DU CONTE ET DES ARTS DU RÉCITS

OLIVIA ROSENTHAL
Théâtre Variable n°2

LE COMMUN DES MORTELS

SAMEDI 29 OCTOBRE 2022
À 19H30 AU TAC
À PARTIR DE 14 ANS


 EN PARTENARIAT AVEC LA COMPAGNIE LE TEMPS DE VIVRE

Texte : Olivia Rosenthal
Mise en scène : Keti Irubetagoyena
avec : Olivia Rosenthal, Keti Irubetagoyena
Collaboration artistique : Fatima Soualhia Manet, Nicolas Fleury


Fruit d’une première collaboration entre l’autrice Olivia Rosenthal et la metteuse en scène Keti Irubetagoyena, Le commun des mortels propose d’explorer à quatre mains le sujet ô combien sensible et ô combien partagé du « caca » et à travers lui, le rapport complexe que notre société entretient à son corps.

Des avancées scientifiques les plus surprenantes aux rituels d’hygiène à travers le monde, elles livrent le fruit de leurs recherches littéraires, historiques et sociologiques en regard des témoignages téléphoniques de leurs pairs.

A mi-chemin entre le séminaire de littérature et la master-class « bien-être », ce duo de clowns rivalise de références pour changer nos déchets honteux en solution collective.


Production : Théâtre Variable n°2 – coproductions : Collectif Traffic, Comédie Poitou-Charentes – CDN et EUR ArTec – soutiens : Collectif 12 – Mantes-la-Jolie, Théâtre du Cloître – Bellac, Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon et aide au Compagnonnage Auteur – ministère de la Culture.

Lauréat Traffic, projet collectif de soutien à la création et à la diffusion des arts du récit : Chahuts – Bordeaux, Maison du Conte – Chevilly-Larue, Centre des Arts du Récit en Isère, Forum Jacques Prévert – Carros, Temps de vivre/Rumeurs urbaines – Colombes, Théâtre des sources – Fontenay-aux-Roses, Le Strapontin – Pont-Scorff, soutenu par le ministère de la Culture et de la Communication / DGCA et la DRAC Île-de-France. Ce travail a également bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme d’Investissements d’avenir ANR-17-EURE-0008.


« Se retrouver face à face à extrapoler sur nos excréments »


> Toute l’information sur le Festival 


Renseignements et Réservations
auprès de l’association LE CHANT DES HOMMES :
prog@lechantdeshommes.fr
Tél: 01 74 63 53 11
www.lechantdeshommes.fr/

8-9 OCT : PODADA – EXPOSITION PHOTO HERVÉ JÉZÉQUEL

EXPOSITION
JOURNÉES PORTES OUVERTES DES ATELIERS D’ARTISTES
PODADA

HERVÉ JÉZÉQUEL
PHOTOGRAPHIES
Sous les pieds Patagonia

8 et 9 octobre 2022
de 14h à 19 h
VERNISSAGE LE 8 OCTOBRE A 18H
ENTRÉ LIBRE


Hervé Jézéquel est photographe. Il place le temps, le chaos et l’entropie au cœur de ses recherches personnelles. La marche et le voyage, le paysage et le lieu, les limites et les bordures… sont au cœur de sa réflexion et de son travail photographique. Il ne s’agit pas tant d’évoquer le désordre que l’on observe à la surface de la terre que de rechercher, retrouver, imaginer un état primitif du monde, dont l’homme a perdu la mémoire et les repères.

C’est la matière même, notamment la pierre et l’eau, qui devient objet de ses observations, dans leurs formes et leurs informités les plus brutes. D’une représentation pittoresque du monde, son regard bascule dans celle, sublime d’une nature plus mystérieuse, âpre et rugueuse, qui d’une certaine manière défie, par sa force et son immensité (océan, désert, paysage après catastrophe) et donne à l’homme de se confronter à un paysage dans lequel il cherche à se positionner. 

Sous les pieds Patagonia

Après l’Islande et le désert d’Atacama au Chilie (« Sous le ciel Atacama ») qu’il a longtemps arpenté, Hervé Jézéquel nous laisse découvrir un travail en cours « Sous les pieds Patagonie ». Il nous montre une forte présence de la nature sans chercher à magnifier un paysage déjà spectaculaire comme le montre les images séduisantes de carte postale touristique qui joue sur les effets de vue panoramique et de contraste. Hervé Jézéquel travaille à son rythme et photographie en argentique noir et blanc à hauteur d’homme, simplement.

Inspiré par les ouvrages anciens qu’il s’est procuré au fil des années, il fait ressurgir l’histoire de ce vaste territoire déserté, en suivant les traces de grands scientifiques et explorateurs du début du XXè siècle. L’exposition présente quelques-uns de ces documents et quelques images reproduites par d’anciens procédés d’impressions qui le fascinent techniquement.

Il est plus particulièrement intéressé par la perte de repère et le dépaysement et les rapports complexes que l’homme entretient avec la nature (les éléments) et qui s’exprime dans ses séries « Paysages contre nature », « Materia prima » ou « Les eaux composées ».

Souvent, dans ses images, émerge une perception indifférenciée du monde lui permettant de rendre visible un « banal » auquel on ne prête plus attention, des détails infimes du monde, des instants où se ressentent la présence ou du moins l’empreinte et les traces de notre passage. Hervé Jézéquel emprunte des chemins humides sablonneux, pierreux, entre ténèbres et lumière, son regard au bord d’un vide observe l’abîme, en spirale.

Il poursuit aussi, avec insistance, un travail sur le décryptage du paysage et du lieu, interrogeant son histoire et ses usages. Il s’intéresse à l’anthropisation, aux rapports et aux équilibres fluctuants entre nature et culture. A partir de lieux tels qu’îles, rivières et torrents, montagnes et forêts, il construit ses ensembles photographiques basés sur un vocabulaire topographique qui lui sert d’outil, celui d’un arpenteur : repérer, inventorier, classer, nommer, cadrer, ramasser, extraire.

Hervé Jézéquel travaille souvent lentement et produit ses séries de photographies sur plusieurs années. Il observe des paysages et ses images constituent pour lui des repères là où l’homme se sent bien souvent perdu. Proche d’un basculement ou au sortir des limbes de la mémoire du monde, il se situe dans une poétique de l’espace, de la géographie et du dépaysement où son expression se conjugue à présent avec d’autres medium : vidéo, dessin, écriture, installation in situ.

Son travail s’imprègne de son intérêt pour la photographie ancienne, la géologie, la cartographie qui l’on conduit à collectionner et accumuler traces, documents et pierres des lieux qu’il observe. Son approche se situant à la lisière de l’art et de la science, il a aussi participé à de nombreux projets ethnographiques ou accompagner galeries et musées, en tant que commissaire d’exposition.

Il aime la compagnie d’auteurs qui lui sont chers… Ses références littéraires vont, entre autres, à Italo Calvino, Jorge Luis Borges, Gaston Bachelard. Il aime les citations qui souvent viennent en contrepoint de ses images dont celle-ci :

« Je suis le point où je suis » … « je suis le lieu géométrique de toutes les contradictions. » Paul Valery.


https://hervejezequel.com/

14 MAI : MIRTHA POZZI > CONCERT Carte Blanche

CONCERT
Carte Blanche à Mirtha Pozzi
14 mai 2022 – 20h

La percussionniste franco-uruguayenne Mirtha Pozzi présente son dernier album sorti chez TAC/ Nowlands :
TZIMX – Percussions / Multiples


Avec :
Mirtha Pozzi, percussions multiples, voix
Pablo Cueco
– zarb, voix, électronique
Pablo Rodriguezpercussion afro-uruguayenne
Graciela Barraultvidéo
« … un feu d’artifice de rythmes et de textures sonores ! » Bob Hatteau

 

Percussions de toutes tailles, époques, matières, origines, continents… des poèmes d’Henry Michaux, Benjamin Péreet, Gabriel Pomerand… et avec quelques détours par les mythes précolombiens et la poésie de Eduardo Galeano…

Un hommage au candombe afro-uruguayen et à ses résonances dans nos cœurs et nos oreilles.


Pour plus d’information :
https://mirthapozzi.com/


Renseignements et Réservations auprès de l’association LE CHANT DES HOMMES :
prog@lechantdeshommes.fr
Tél: 01 74 63 53 11
www.lechantdeshommes.fr/

TAC / TERRITOIRE ART ET CREATION
4 rue Marie Laure – 92 270 Bois-Colombes